Yannick VINCENT : Quelques questions pédagogiques autour des répétiteurs de l'Ecole polytechnique du XIXème siècle

Séminaire « Histoire des Mathématiques »
Salle Visioconférence, M3

Au XIXème siècle, on ne parlait pas de chargés de Tds à l'Ecole polytechnique, mais de répétiteurs. Parmi eux, on retrouve les noms de futurs professeurs comme, entre autres, Poincaré Liouville, Poisson, Bertrand ou encore Hermite. Souvent recrutés jeunes, ils étaient en charge de l'organisation de colles, de séances d'exercices, de séances de révisions, parfois même de conférences. En parallèle, les répétiteurs menaient, pour la plupart, une activité de recherche en mathématiques. Au XIXème siècle,  il n'était d'ailleurs pas rare que la recherche et l'enseignement en mathématiques soient liés. A l'image de Cauchy et de son Cours d'Analyse, il était parfois possible qu'un professeur enseigne le sujet de ses propres recherches. Ces libertés pédagogiques valent en fait pour le cours de l’École polytechnique. Mais nous essayerons de montrer que cela pouvait être également le cas de l'activité des répétiteurs lorsqu'ils avaient à choisir un exercice ou le sujet d'une conférence par exemple. Pour ce faire, on s'intéressera à un sujet classique de l'époque : la résolution numérique d'équations polynomiales.


X Facebook